Chiens d'Alsace

Le forum des cynophiles d'Alsace et du monde francophone

Berger Allemand

Partagez
avatar
Romain
Administrateur
Administrateur

Berger Allemand

Message par Romain le Mer 30 Oct - 14:56:09


Histoire de la race :

Wikipédia a écrit:En 1878, les éleveurs allemands de chiens à aptitudes bergères réalisent une première tentative de regroupement dans un but d’amélioration de leurs chiens. Ceux-ci sont très variés d’un point de vue phénotypique, notamment selon les régions : par exemple, le type Wurtemberg porte les oreilles droites, alors que celui de Thuringe a les oreilles tombantes. Il existe également des chiens différents en Bavière ou dans la Hesse. Mais leur principal point commun est leur caractère qui fait d’eux de bons gardiens de troupeaux et de biens : intelligence, obéissance, vigilance, incorruptibilité. On retrouve également chez tous robustesse et rusticité puisque jusqu’alors la sélection empirique qui a été réalisée ne visait qu’à obtenir de bons chiens de travail.

En 1891, les éleveurs, et notamment le comte von Hahn et le capitaine Riechelmann, établissent un premier livre généalogique et tentent d’établir une société, le Phylax, mais le projet n’aboutit pas.

C’est le capitaine de cavalerie Max Emil Frédéric von Stephanitz qui sera le véritable « père » de la race. Après avoir longtemps admiré les aptitudes des chiens de berger, il décide d’en acheter un le 3 avril 1899. Son nom d'origine est Hektor von Linksrhein qu’il rebaptisera ensuite Horand von Grafath. Celui-ci est gris et jaune, plutôt de type berger de Thuringe (mais à oreilles droites). Von Stephanitz et Arthur Meyer créent ensuite le club de race le 22 avril 1899 à Karlsruhe (« Verein für deutsche Schäferhunde » ou SV), le capitaine sera à sa tête pendant trente-cinq ans.

Le 28 septembre 1899 est publié le premier standard de la race, et en 1900, Horand inaugure le livre des origines du SV (« Zuchtbuch »).

Ce qui fera plus tard la force de la race, c’est la largesse de ses dirigeants dans la première définition du berger allemand : « tout chien de berger vivant en Allemagne qui, grâce à un exercice constant de ses qualités de chien de berger, atteint la perfection de son corps et de son psychisme dans le cadre de sa fonction utilitaire ». Les buts sont clairs, c’est donc par et pour le travail que la sélection du berger allemand commence.

Le club présente rapidement une activité importante et organisée. Dès 1902 un journal est édité pour tous ses membres, et en 1903 un registre de sélection voit le jour avec la compilation des performances des reproducteurs. Les progrès seront rapides car bien dirigés à l’échelon national et bien suivis par les efforts des éleveurs (1 215 membres en 1906). On commence à rechercher des femelles du même type et à organiser des expositions pour uniformiser la race, et notamment une exposition nationale d’élevage qui permet à tous les éleveurs du pays de choisir des reproducteurs homogènes.

Peu à peu on trouva au berger allemand d’autres utilités que la garde des troupeaux (ceux-ci ayant vu leur effectif diminuer). Ses qualités de robustesse, son flair hors pair et son obéissance à toute épreuve encouragèrent la police allemande à l’utiliser. En 1914, le SV et l’armée organisent une démonstration des possibilités du berger allemand en temps de guerre, à laquelle il paya ensuite un lourd tribut.

Adolf Hitler a possédé un premier berger allemand nommé « Prinz » dès 1921. Cependant, durant ses années de difficultés économiques, il fut forcé d'envoyer le chien vivre ailleurs ; celui-ci s'échappa et rejoignit son maître. Hitler développa dès lors un grand respect pour cette race de chiens1. Il posséda par la suite une chienne berger allemand nommée Blondi qui lui fut offerte en 1941.

En 1922, l’examen de Körung2 est mis en place pour la sélection des reproducteurs ; ceux qui sont déclarés aptes à la reproduction sont inscrits dans le registre Körbuch. En 1926, le livre des origines compte déjà 346 000 chiens inscrits. Dans les années 1950, l’épreuve du coup de feu3 et le test de caractère font leur apparition. Le SV est renommé pour le dirigisme qu’il impose à l’élevage : nombre de saillies limité, choix de l’étalon en accord avec le surveillant d’élevage, interdiction de faire saillir une femelle recommandée par un mâle non recommandé, etc. Toutes ces mesures visent à guider la sélection pour le mieux.

Katzmair et Funk succèdent à von Stephanitz, puis le Dr Rummel en 1971. En 1974, est créée l’Union mondiale des Associations de Berger Allemand (WUSV), grâce à la volonté de regroupement du Dr Rummel, qui encourageait « un dialogue fructueux, aussi bien pour l’élevage que pour l’utilisation ». En 1982, Hermann Martin (élevage von Arminius) devient président du SV. Le premier championnat de travail WUSV se déroule à Munster du 16 au 18 septembre 1988. En 1994, Peter Messler prend la tête du SV jusqu’en décembre 2002 ; lui succède alors Wolfgang Henke. Les membres du club font preuve de beaucoup de motivation et de dynamisme pour voir évoluer leur race. Ils se retrouvent très fréquemment lors de réunions pour parler de leurs chiens.


Longévité : 15 ans
Origine : Allemagne
Chasse : 0/3
Compagnie : 2/3
Toilettage : 0/3
Travail : +++ garde
Inscriptions au LOF en 2007 : 11203 (1er)

Aspect général

Le Berger allemand est de taille moyenne, légèrement plus long que haut, vigoureux, bien musclé, avec ossature sèche; construction générale solide.

Proportions importantes :

La longueur du tronc dépasse la hauteur au garrot de 10 - 17%.

Comportement / caractère

Dans son comportement et son caractère, le Berger allemand doit être pondéré, bien équilibré, sûr de lui, absolument naturel, parfaitement inoffensif (sauf quand il est excité), vigilant et docile. Il doit faire preuve de courage, avoir un caractère bien trempé et posséder l’instinct du combat, afin de réunir les conditions qui le rendent apte à être un chien d’accompagnement, de garde, de protection, de service et de travail sur troupeaux.

Tête

Elle est cunéiforme, bien proportionnée à la taille (Sa longueur est à peu près égale aux 40% de la hauteur au garrot), sans être lourde ni trop allongée, sèche dans son aspect général et d’une largeur modérée entre les oreilles.

De face et de profil, le front n’est que peu bombé, sans ou avec un sillon medio-frontal faiblement marqué.
Le rapport entre la longueur du crâne et celle du chanfrein est de 1 : 1.

La largeur du crâne doit être à peu près égale à sa longueur. Vu de dessus, des oreilles au bout du nez, le crâne va en s’amenuisant régulièrement; par une dépression crânio-faciale (stop) inclinée, mais pas très prononcée, il se raccorde un museau en forme de coin. Les mâchoires supérieures et inférieures sont fortement développées. le chanfrein est rectiligne; un chanfrein camus (concave) ou busque n’est pas souhaité. Les lèvres, bien tendues et jointives, sont de couleur foncée.

Région faciale :

Truffe : Doit être noire.

Denture : Elle doit être robuste, saine et complète (42 dents selon la formule dentaire). Le Berger allemand a un articulé en ciseaux, c’est- à-dire que les incisives supérieures viennent se placer en ciseaux devant les incisives inférieures.

L’articulé en tenailles, le prognathisme supérieur et le prognathisme inférieur constituent des défauts, de même que la présence d’espaces libres trop importants entre les dents (dents écartées). Une arcade incisive rectiligne est également un défaut. Les maxillaires doivent être fortement développés, pour assurer une profonde implantation osseuse des dents.

Yeux : De grandeur moyenne, en amande, quelque peu obliques et non proéminents. Leur couleur doit être aussi foncée que possible. Des yeux clairs et perçants qui modifient l’expression naturelle du chien ne sont pas souhaités.

Oreilles : Le Berger allemand a des oreilles dressées de grandeur moyenne, portées bien droites et symétriques (pas tirées latéralement en position oblique); avec leur pavillon tourné vers l’avant, elles se terminent en pointe. L’oreille semi-dressée ou tombante sont des défauts. Quand le chien est au repos ou en action, une oreille portée couchée vers l’arrière n’est pas un défaut.

Cou : Robuste, bien musclé et sans laxité de la peau de la gorge (fanon). Il forme avec le tronc (horizontale) un angle d’environ 45°.

Corps

Tronc : La ligne du dessus va sans rupture visible depuis l’encolure bien sortie en passant par le garrot bien développé et par le dos très légèrement incliné vers l’arrière à la croupe légèrement oblique. Le dos est ferme, robuste et bien musclé. Le rein est large, fortement développé et bien musclé. La croupe, longue et légèrement oblique (angle d’environ 23° sur l’horizontale) doit se fondre dans l’attache de la queue sans solution de continuité de la ligne du dessus.

Poitrine : Elle doit être modérément large avec un sternum aussi long et bien marqué que possible. La hauteur de la poitrine doit mesurer environ les 45 à 48% de la hauteur au garrot. Les côtes doivent être modérément cintrées. Un thorax en tonneau est tout aussi défectueux qu’un thorax aux côtes plates.

Queue : Elle atteint au moins le jarret, mais ne doit pas dépasser le milieu du métatarse; le poil a sa face inférieure est un peu plus long; elle est portée tombante en décrivant une légère courbe; quand le chien est excité ou en action, elle se relève davantage, mais sans aller au-dessus de l’horizontale. Toute correction chirurgicale est interdite.

Membres

Membres antérieurs :

Vus de tous les côtés, les antérieurs sont d’aplomb; vus de devant. Ils sont parfaitement parallèles. L’omoplate et le bras sont de même longueur et bien appliqués contre le tronc grâce à une musculature puissante. L’angle formé par l’omoplate et le bras mesure idéalement 90°, pratiquement jusqu’à 110°. Ni en station ni en action, les coudes ne doivent être décollés ou serrés.

Vus de tous les côtés, les avant-bras sont droits et parfaitement parallèles entre eux, secs et dotés de muscles fermes. La longueur des métacarpes mesure environ un tiers de celle de l’avant-bras; il forme avec ce dernier un angle d’environ 20 à 22°. Aussi bien un métacarpe trop incliné (plus de 22°) qu’un métacarpe trop droit (moins de 20°) sont préjudiciables à l’utilité du chien, tout spécialement en ce qui concerne sa capacité d’endurance. Les pieds sont arrondis, les doigts sont bien serrés et arqués, les coussinets sont durs sans tendance à se crevasser; les ongles sont robustes et de couleur sombre.

Membres postérieurs :

Les postérieurs sont légèrement inclinés vers l’arrière, tout en restant, vus de derrière, parallèles entre eux. La cuisse et la jambe sont d’une longueur presque identique et forment un angle d’environ 120°. les cuisses sont puissantes et bien musclées.

Les jarrets sont fermes et robustes; le métatarse, sous le jarret, est perpendiculaire au sol.

Les pieds ont les doigts serrés, légèrement arqués; les coussinets sont durs et de couleur foncée; les ongles sont robustes, courbes et également de couleur sombre.

Allures :

Le Berger allemand est un trotteur. Les angulations et la longueur des membres doivent être si bien équilibrées que, sans oscillation notable de la ligne du dessus, les postérieurs peuvent s’engager vers l’avant sous le corps et les antérieurs couvrir un terrain égal. Toute tendance à une surangulation des postérieurs diminue la fermeté et l’endurance, et est préjudiciable aux capacités d’utilisation du chien. En présence de rapports corrects entre la structure générale et les angulations, on obtient des allures de grande amplitude au ras du sol sans signe apparent d’effort. Au trot, régulier et calme, la tête tendue vers l’avant et la queue légèrement relevée forment, de la pointe des oreilles par la nuque et le dos jusqu’au bout de la queue, une ligne du dessus souple, harmonieuse et ininterrompue.

Peau : Elle est (souplement) appliquée sans former de plis.

Robe

Texture du poil : Le pelage correct du Berger allemand est un poil double avec sous-poil. Le poil de couverture doit être aussi dense que possible, droit, rude et bien couché. Le poil est court sur la tête y compris la face interne du pavillon des oreilles, sur la face antérieure des membres, sur les pieds et sur les doigts; il est un peu plus long et plus fourni sur le cou. A la face postérieure des membres il s’allonge jusqu’au niveau du carpe ou du jarret, en formant des culottes d’ampleur modérée derrière les cuisses.

Couleur du poil : Noir, avec des marques brun rouge, brunes ou jaunes jusqu’à gris clair. Noir et gris unicolore, le gris étant charbonné (ombré). Manteau et masque noir. De petites taches blanches discrètes sur le poitrail ou une coloration très claire à la face interne des membres sont tolérées, mais pas recherchées. La truffe doit être noire dans toutes les variétés de couleur. L’absence de masque, des yeux clairs à perçants, des marques claires à blanchâtres sur le poitrail et à la face interne des membres, des ongles d’une couleur claire et le bout de la queue rouge seront pénalisés en tant que signes de pigmentation insuffisante.

Le sous-poil est d’un gris léger; le blanc n’est pas admis.

Taille et poids

Hauteur au garrot :

Mâles : 60 à 65 cm
Femelles : 55 à 60 cm

Poids :

Mâles : 30 à 40 kg
Femelles : 22 à 32 kg

Défauts

Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé selon sa gravité.
• Tout écart du présent standard qui serait préjudiciable à l’aptitude au travail du chien.
• Défauts des oreilles : Oreille attachée latéralement, trop bas, semi-tombante, tirée latéralement en position
• oblique, dressée sans fermeté.
• Défauts importants de pigmentation.
• Résistance générale fortement réduite
• Défauts de denture : tout écart de l’articulé en ciseaux et de la formule dentaire, mis à part les défauts
• éliminatoires.
• Chiens faibles de caractère, mordeurs ou nerveusement peu équilibrés.
• Chiens affectés d’une grave dysplasie de la hanche vérifiée.
• Chiens affectés de déformations au niveau des oreilles et de la queue.
• Chiens affectés de malformations.
• Défauts de denture, en cas d’absence de 1 PM 3 plus une autre dent, ou 1 canine, ou 1 PM 4, ou 1 M 1 ou M 2, ou au total trois dents ou plus.
• Chiens affectés de défauts des mâchoires : prognathisme inférieur de 2 mm et plus, prognathisme supérieur, ensemble des incisives en position bout à bout.
• Plus d’un cm en plus ou en moins de la taille prescrite par le standard.
• Albinisme.
• Couleur blanche de la robe (même si les yeux et les ongles sont de couleur foncée).
• Poil double long : poil de couverture long, mou, mal couché, avec sous-poil, formant des franges aux oreilles et aux membres, des culottes touffues et une queue touffue avec drapeau dans la partie inférieure.
• Poil long : poil long et mou, sans sous-poil, en général avec formation d’une rate dans l’axe du dos, franges aux oreilles, aux membres et à la queue.

Nota Béné : Les mâles doivent avoir deux testicules d’apparence normale complètement descendus dans le scrotum.

Problèmes de santé courants

Syndrome de dilatation-torsion gastrique : retournement de l'estomac, ceci se produit principalement si le chien se met à l'effort après avoir mangé, il est donc indispensable de lui donner sa nourriture en fin de journée, avant de dormir, afin qu'il ait le temps de digérer. Cette complication peut être soignée à condition qu'elle soit prise en charge rapidement, mais, elle est très couramment mortelle. De plus, si le chien en est atteint, les facteurs de risque que le chien meure d'un retournement de l'estomac en sont décuplés.

Dysplasie de la hanche : une dysplasie est une malformation ou déformation résultant d'une anomalie du développement d'un tissu ou d'un organe. Chez le Berger allemand, c'est une affection héréditaire. On peut la détecter par la radiographie, ou la prévenir en choisissant les reproducteurs : l'inclinaison du dos, recherchée jusque récemment par les standards de la race, est un facteur facilitant ou aggravant. Contrairement à une croyance bien ancrée, la dysplasie n'est pas La maladie du berger allemand; comme toutes les grandes races, il en est atteint, mais les efforts des éleveurs et la prévention permettent de limiter cette affection invalidante.

Myélopathie dégénérative du Berger allemand.

Bibliographie

- Le berger allemand de G Teich Alasia, Sandrine Morel, Hélène Pourquié et Nathalie Rossi
- L'Encyclopédie du Berger allemand de G Teich Alasia et Sandrine Chabert-Morel
- Le chiot berger allemand de Philippe Rubin et Michèle Menini
- Le berger allemand de Emmanuelle Dal'Secco

Sites Internet sur la race

- Société du Chien de Berger Allemand (Site Officiel)
http://www.berger-allemand.org

- A la découverte du Chien de Berger Allemand
http://www.lebergerallemand.fr

- Forum du Berger Allemand
http://www.forumduba.com

- Association de Sauvetage du Berger Allemand (ABASC)
http://www.abasc.fr

- Au bonheur des Bergers Allemands (Forum)
http://a-b-b-a.forums-actifs.net

Cette fiche a été préparée grâce aux sites suivants (cliquez sur le nom pour accéder au site) :

- Photo : photos-animaux.com
- Historique et maladies : Wikipédia.org
-Contenu : chien.ouest-atlantis.com
- Bibliothèque : Amazon.fr


_________________

    La date/heure actuelle est Ven 26 Mai - 13:15:36