Chiens d'Alsace

Le forum des cynophiles d'Alsace et du monde francophone

Bichon à poil frisé

Partagez

Romain
Administrateur
Administrateur

Bichon à poil frisé

Message par Romain le Sam 2 Avr - 11:01:06



Historique de la race :


Wykipédia.org a écrit:
Le bichon frisé est né sous la renaissance italienne (1400-1560) du croisement entre le bichon maltais avec d’autres petits chiens dont principalement le caniche et le barbet, chien de chasse à l’eau également ancêtre du caniche. Connu depuis le xivème siècle, dans le bassin méditerranéen, il fut au cours de ce siècle introduit aux îles Canaries. Cet épisode lui valut de se faire appeler « Ténériffe », du nom de la capitale de cet archipel. Il conservera ce nom très longtemps, jusqu'à ces dernières années.

Le bichon frisé est introduit en France au xvième siècle sous le règne de François Ier, qui en fait son compagnon favori. Mais c’est sous le règne d’Henri III (1574-1589)qu’il trouve son apogée, le souverain étant lui -même un fervent admirateur de cette race. C’est au cours de ce siècle, lors de l’occupation des Flandres par les espagnols, que le bichon frisé s’est implanté en Belgique. Au cours des xviième et xviiième siècles, il est adulé des Grands de ce monde et on le trouve dans tous les salons de France en compagnie des dames et des seigneurs du royaume. Madame de Pompadour, notamment, en possède plusieurs. Sa notoriété est telle que le peintre Fragonard (1732-1806) le représente dans l’un de ses tableaux, ainsi que Goya, qui le fait apparaître dans plusieurs de ses œuvres

Au début du xixe siècle, alors qu’il connaît sur notre territoire un petit passage vide, il jouit d’un vif succès en Espagne. On le retrouve dans toutes les cours accompagnant la plupart des notables ibériques. Dans l’Hexagone, il redevient à la mode dans la seconde moitié du xixème siècle, sous Napoléon III . Jusqu’au début du xxème siècle, il reste le compagnon de l’aristocratie avant de se démocratiser et de devenir très prisé de la population tout entière.

C’est ainsi qu’à la Belle époque, on commence à voir le bichon frisé courant dans les rues, Occupé a diverse tâches. Il n’était pas rare de le rencontrer en compagnie des joueurs d’orgue de Barbarie ou encore aux côtés des handicapés .Jusqu'à la grande Guerre, il était très répandu et apprécié de toutes les populations. Malheureusement, comme pour beaucoup d’autres races, le premier conflit mondial lui porte un rude coup et dans l’entre-deux-guerres, les élevages disparaissent pratiquement.

Devant un tel désastre, un éleveur belge décide dans les années 1920 de mettre toute son énergie et tout son talent pour sauver la race. Le pari sera tenu et le bichon frisé sera reconnu par la France en 1933. Après un deuxième coup rude porté par le second conflit mondial, il renaît à nouveau et connaît dès le milieu du xxème siècle un nouvel essor. En 1960, la Fédération cynologique internationale(FCI) lui confère comme origines la Belgique et la France. Le bichon frisé connaît un véritable regain de popularité depuis les années 1970. Aux États-Unis, le Club du bichon frisé est créé en 1964 et la race est reconnue par le Kennel Club en 1973.



Longévité : 13 ans
Origine : France
Chasse : 0/3
Compagnie : 3/3
Toilettage : 2/3
Travail : 0
Inscriptions au LOF en 2007 : 1207 (39ème)

Aspect général

Petit chien gai et enjoué, d’allure vive, à museau de longueur moyenne, à poil long tirebouchonné très lâche, ressemblant à la fourrure de la chèvre de Mongolie. Le port de tête est fier et haut, les yeux foncés sont vifs et expressifs.

Tête

En harmonie comparée au corps.

Région crânienne

Crâne : Plutôt plat au toucher, bien que la garniture le fasse paraître rond. Le crâne est plus long que le museau.

Stop : Peu accentué.

Région faciale

Truffe : La truffe est arrondie, bien noire, à grain fin et luisant.

Museau : Le museau ne doit pas être épais ni lourd, sans cependant être pincé. La gouttière entre les arcades sourcilières est légèrement apparente.

Lèvres : Les lèvres sont fines, assez sèches, moins toutefois que chez le Schipperke, ne tombant que juste ce qu’il faut pour que la lèvre inférieure soit couverte, mais jamais lourdes ni pendantes ; elles sont normalement pigmentées de noir jusqu'aux commissures ; la lèvre inférieure ne peut pas être lourde ni apparente, ni molle et ne laisse pas voir les muqueuses quand la gueule est fermée.

Mâchoires/dents : La denture est normale, c’est-à-dire que les incisives de la mâchoire inférieure viennent se placer immédiatement contre et derrière la pointe des dents de la mâchoire supérieure.

Joues : Plates et pas très musculeuses.

Yeux : Les yeux foncés autant que possible et bordés de paupières foncées, sont de forme plutôt arrondie et non en amande ; ils ne sont pas placés obliquement, sont vifs, pas trop grands, ne laissant pas voir de blanc. Ils ne sont ni gros ni proéminents, comme ceux du Griffon bruxellois et du Pékinois ; l’orbite ne doit pas être saillante. Le globe de l’œil ne doit pas ressortir de façon exagérée.

Oreilles : Les oreilles sont tombantes et bien garnies de poils finement frisés et longs. Elles sont portées plutôt en avant quand l’attention est éveillée, mais de façon que le bord antérieur touche au crâne et ne s’en écarte pas obliquement ; la longueur du cartilage ne doit pas aller, comme chez le Caniche, jusqu'à la truffe, mais s’arrête à la moitié de la longueur du museau. Les oreilles sont, du reste, bien moins larges et plus fines que chez ce chien.

Cou : L’encolure est assez longue, portée haut et fièrement. Elle est ronde et fine près du crâne, s’élargissant graduellement pour s’emboîter sans heurt dans les épaules. Sa longueur est très approximativement un tiers de la longueur du corps (proportion de 11 cm à 33 cm pour un sujet de 27 cm de haut), les pointes de l’épaule contre le garrot étant prises comme bases.

Corps

Rein : Large et bien musclé, légèrement bombé.

Croupe : Légèrement arrondie.

Poitrine : La poitrine est bien développée, le sternum prononcé, les fausses côtes arrondies et ne finissant pas brusquement, la poitrine ayant horizontalement une assez grande profondeur.

Flancs : Les flancs sont bien relevés au ventre ; la peau y est fine et non flottante, donnant une apparence assez levrettée.

Queue : Attachée un peu plus sous la ligne du dos que chez le Caniche. Normalement la queue est portée relevée et gracieusement recourbée, dans le plan de l’épine dorsale, sans être enroulée ; elle n’est pas écourtée et ne peut rejoindre le dos ; toutefois, la garniture du poil peut retomber sur le dos.

Membres

Membres antérieurs

Vus de face, les antérieurs sont droits, bien d’aplomb et d’une ossature fine.

Épaule : Assez oblique, pas proéminente, donnant l’apparence d’être de même longueur que le bras, environ 10 cm.

Bras : Pas écarté du corps.

Coude : Pas tournés en dehors.

Métacarpe : Vu de face court et droit, très légèrement fléchi vu de profil.

Membres postérieurs

Le bassin est large.

Cuisses : Larges et bien musclées, bien obliques.

Jarret : En comparaison avec le Caniche, le jarret est plus coudé.

Pieds : Nerveux. Ongles de préférence noirs, un idéal difficile à atteindre.

Peau

La pigmentation sous le poil blanc est foncée de préférence ; les organes sexuels sont alors pigmentés de teinte noire ou bleuâtre ou beige.

Robe

Poil : Fin, soyeux, tirebouchonné, très lâche, ressemblant à celui de la fourrure de la chèvre de Mongolie, ni plat, ni cordé et atteignant 7 à 10 cm de longueur.

Toilette : Le chien peut être présenté avec les pieds et le museau légèrement dégagés.

Couleur : Blanc pur.

Taille

La hauteur au garrot ne doit pas dépasser 30 cm, la petite taille étant un élément de succès.

Poids

3 à 4 kg

Défauts

Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

• Prognathisme supérieur ou inférieur léger.
• Poil : plat, ondulé, cordé, trop court.
• Pigmentation se prolongeant dans le poil de façon à former des taches rousses.
• Nez rose.
• Lèvres couleur chair.
• Prognathisme supérieur ou inférieur si développé que les incisives ne se touchent plus.
• Yeux pâles.
• Queue enroulée et tournée en hélice.
• Taches noires dans le poil.

Note Importante : Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Livres à lire

- Le bichon frisé d'Emmanuelle Dal Secco
- Le bichon frisé de Joël Dehasse
- Bichon frisé d'Alain Fournier

Retrouvez vos livres préférés dans notre librairie cynophile, cliquez ici


Sites Internet sur la race

- Club des Bichons et Petits Chiens Lions
http://www.chiens-online.com/club/club-des-bichons-petits-chiens-lions/accueil.html

- Bichon passion (Forum)
http://bichons-passion.forumpro.fr/

- Univers Bichons (Forum)
http://universbichons.forumactif.org/

- Bichons en folie (Forum)
http://bichons-en-folie.heberg-forum.net/portal.php

- Mon bichon ma vie (Forum)
http://www.mbmv.net/

Cette fiche a été préparée grâce aux sites suivants (cliquez sur le nom pour accéder au site) :

- Photo : Wikimédia.org
- Historique : Wikipédia.org
- Fiche : chien.ouest-atlantis.com
- Bibliothèque : http://www.amazon.fr/ ; http://www.fnac.com/
- Sites Internet : Google.fr


_________________

    La date/heure actuelle est Lun 27 Fév - 14:35:27